Convention coiffure et déménagement : ce que vous devez savoir

 

Le cas d’un salarié de la coiffure devant déménager

 

La convention collective de la coiffure ne prévoit pas de jour de congé spécifique pour un salarié qui doit déménager. En outre, elle ne prévoit pas de prise en charge des frais de déménagement par l’employeur.

En conséquence, si un salarié travaillant dans une société exploitant un réseau de salons de coiffure doit déménager, il doit prendre connaissance de ce que prévoit un éventuel accord interne pour un déménagement nécessité par une mutation.

Il en est de même si c’est le cas de son conjoint.

Par ailleurs, si son conjoint travaille dans un secteur différent, il est judicieux de vérifier si la convention collective concernant ledit conjoint permet à celui-ci de demander à son employeur un ou deux jours de congé pour le déménagement.

 

Le cas du salarié ne pouvant bénéficier d’aucun congé spécifique pour son déménagement.

Un salarié qui se trouve dans ce cas peut en premier lieu consacrer un ou deux jours de congé payé à son déménagement.

Il peut également profiter d’un congé pour événement familial, d’une ou deux journées de RTT ou demander une autorisation d’absence non rétribuée.

Dans ce cas, il est tenu d’avertir son employeur suffisamment à l’avance, de justifier son absence future et de lui présenter un document certifiant le déménagement prévu.

 

Le cas particulier des conjoints de fonctionnaires

Si un salarié travaillant dans la coiffure est marié avec une personne travaillant dans la fonction publique et si son conjoint fait l’objet d’une mutation décidée par son administration, celle-ci prendra en charge les frais de déménagement.

Cependant, si la mutation est demandée par le fonctionnaire, cette prise en charge ne sera possible que si le fonctionnaire concerné occupe le même poste depuis au moins cinq ans.

 

Le cas des salariés aux ressources modestes

Une aide financière peut être attribuée sous certaines conditions par la caisse d’allocations familiales si les ressources mensuelles du salarié et de son conjoint sont inférieures ou égales à certains plafonds.

Voir aussi: